Signaux sonores, pigeons voyageurs et tours à feu

Les Gaulois créent un système de transmission de l’information sur une bonne partie de leur territoire, à partir de signaux sonores. Bien avant la conquête romaine de la Gaule, ils utilisent ainsi des cris répétés et repris à travers la contrée pour transmettre des messages. Ce système continue d’exister lors de la guerre des Gaules. César note d’ailleurs la rapidité avec laquelle la révolte des Carnutes, qui débute par le massacre à Orléans d’un fonctionnaire romain, parvient bientôt à toutes les cités. En moins de 12 heures, l’information parcourt 240 kilomètres à la vitesse de 20 kilomètres heure.


Les romains mettent progressivement en place des moyens de communications beaucoup plus élaborés. Ils reprennent notamment un moyen de communication développé par les civilisations babyloniennes et grecques : le pigeon voyageur. Ainsi débute le destin militaire du pigeon, qui sera le fidèle compagnon du soldat jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. L’historien Pline relate qu’en 43 avant Jésus-Christ, au siège de Modène, les assiégés utilisent les pigeons pour communiquer avec leurs alliés de l’extérieur. Les pigeons achemineront les victoires et les défaites des fameuses légions romaines à travers tout l’empire.

 


D’autres méthodes, tels les fanions, sont également utilisées. Mais pigeons et fanions ne suffisent pas toujours à couvrir les vastes distances de l’empire. Les romains reprennent alors un vieux procédé optique grec, qu’ils perfectionnent : les tours à feu. Ils construisent ainsi le long des routes de leurs territoires, vers 150 avant Jésus-Christ, des tours à feu à cinq torches, dites de « Polybe », qui permettent de transmettre des messages lettre à lettre. Le réseau part de Rome pour traverser les Gaules et l’Espagne, pénètre en Afrique, puis revient en Italie. Ces tours révèlent toute leur efficacité dans la lutte contre les invasions barbares. Après la chute de l’empire, les tours à feux continueront d’être utilisées, notamment par la république de Gênes jusqu’à la fin du XVIIIe siècle

 wholesale jerseys