Cavaliers et poste aux armées

Au Moyen-âge, les défauts tactiques sont similaires à ceux de l’époque romaine. Les chefs sont en première ligne, sans vue d’ensemble du champ de bataille. Occupés à combattre, ils perdent tout avantage de manoeuvre. Du Guesclin est le premier à se soucier de la liaison entre les unités combattantes. Il envoie des aides de camp porter, au grand galop, des ordres sur de courtes distances. Les informations ainsi exploitées lui permettent de prendre l’avantage sur ses adversaires. L’emploi des cavaliers va s’étendre et prendre de l’ampleur car au Moyen-âge, aucun autre réseau de transport n’a été développé depuis la chute de l’empire romain.
Ainsi, les cavaliers vont rester le principal moyen de communication des dirigeants, et cela jusqu’au XVIIIe siècle. Ces agents de communication, dépêchés par des aides de camp, prennent au fil du temps diverses appellations dont celle de poste royale. Pour acheminer la correspondance, Louis XI crée en 1477 un système de relais distants de 7 miles : c’est la poste aux chevaux, qui vient en parallèle aux réseaux des universités et des monastères, privés et très lucratifs. Henri IV, quant à lui, s’emploie à mettre en place un réseau d’Etat pour concurrencer les postes privées. Le courrier privé est alors acheminé via les fermes postales.

 wholesale jerseys